A project name has come to my mind: EneFin

My editorial

And so I have made a choice. In my last update in French (Plus ou moins les facteurs associés) I finally decided what I want this FinTech business plan to be about. I want it to be about FinTech in the market of energy, and that FinTech should serve to promote renewable energies, possibly in the environment of smart cities. One decision drags others behind it, and so it is happening this time. I have an idea for further scientific research. A title has come to my mind: ‘Fiscalization or monetization of energy?’. I mean, what can governments do in the market of energy, with their budgets vs. the things that monetary systems can change? I have just connected two more dots in my scientific memory. In my book, entitled Capitalism and Political Power, I presented a curious correlation I had found out, namely that between the total amount of political power in the political system, on the one hand, and the amount of capital controlled by said system, on the other hand.

Long story short: the amount of political power can be measured as the number of distinct entities, in the political systems, who can effectively wield a veto against a new policy. The more veto players in the same system, the more political power the system contains. There is even a whole methodology to assess political systems in that line of logic: it is called The Database of Political Institutions (DPI). I used that database to test a simple intuition: each veto player needs control over some capital in order to be actually able to wield his veto power, and so the more veto players, the more capital they need, in total, to play their vetos. My intuition turned out to be correct: I found strong correlation between the metrics used in DPI and the amount of capital held by the public sector in the form of liquid financial assets deducible from the gross public debt. You take one official, fiscal aggregate, namely gross public debt. Then you take another one, called net public debt. You subtract the latter from the former and Bob’s your uncle: you have the residual difference, i.e. the financial assets possible to interpret as claims on the rest of the world. The amount of those claims in the balance sheet of public debt is strongly and positively correlated with the amount of political power in the veto players of the given system.

This is just part of the story. I know, it should have been short a story, but what can I do: I am a scientist. I love telling people things I think they don’t know and I think I know. What? That’s the same as gossiping? Nonsense. Gossiping has much broader an audience than science. This is the difference: science means I tell people things I think I know and I think they don’t know and don’t want to listen to. Anyway, my story is a bit longer than just a short story. Both my research and the one to find in the World Bank’s ‘World Development Report 2017 : Governance and the Law’ suggest that governments are sort of shrinking, across the world and over time. There are less and less real veto players in political systems, more and more facade democracy, and, in economic terms, less and less hold of fiscal policies over the available capital balances in the private sector. Still, in the background, there is another story going on. Monetary systems swell, and I am talking just about the so-called fiat money (i.e. the money blessed by central banks, so as it goes and breeds happily).

So, there is my new thinking. Governments can promote the transition towards renewable energies in two ways: fiscal or monetary. In the fiscal approach, governments take taxes in one hand, subsidies in the other hand, and they can directly meddle inside the energy sector. In the monetary approach, governments basically act so as to make the monetary system as liquid and flexible as possible and then they let the money do the thinking. The scientific work that I am taking on is focused on studying the modalities, opportunities and threats correlated with each of these directions. The business plan I am starting to write is about developing a FinTech project, which, whilst being workable and profitable, will contribute to promoting renewable energies.

By the way, I have just come up with a working name for this project: EneFin.

After the study of three cases – Square Inc., FinTech Group AG and Katipult  – my internal curious ape suggests me to develop four lines of business in EneFin: trade in purchasing power, organisation of payment services, trade in the equity of energy companies, and, finally, trade in their corporate debt. I am going to study each of these four in terms of its economics, legal regime and technology. Trade in purchasing power is probably the closest to my once-much-honed concept of the Wasun (see, for example, Taking refuge during the reign and my other posts from late spring, and summer 2017) and I start with this one. The basic idea is to buy, from the providers of electricity, standardized deeds of purchasing power, like coupons for electricity, and to buy them at a wholesale price, in order to resell them at a retail price. The most elementary economics of the thing begin with the definition of 6 sets: power installations, grid operators, output of energy, deeds of purchasing power, resellers of deeds, consumers of electricity.

The set PR = {pr1, pr2, …, prn} of n power installations encompasses anything able to generate electricity, ranging from household-scale local installations all the way up to big power plants.  This set is immediately, functionally, and imperfectly connected to the set GR = {gr1, gr2, …, gro} of o grid operators, i.e. the resellers of energy. Note that functional connection between the sets PR and GR largely depends on the regulatory regime in force. If the law allows each power installation to sell directly its power, any t-th element in the PR set can become identical an element in the GR set. As the law imposes limitations on direct sales of electricity, the GR set becomes more rigid in its size and structure.

Both the PR, and the GR set are functionally connected to the set of output, or Q, made of m kilowatt hours; Q = {kWh1, kWh2, …, kWhm}. Note two things about m. Firstly, m is a compound value: it is the arithmetical product of a constant number of hours in the year (basically 24*365 = 8760, 8784 in an odd year), on the one hand, and the total capacity of kilowatts available. Secondly, m is really big, and as all big sets, it gains greatly in its overall workability when split into smaller, local subsets. By the way, as I look at that Q, I realize how much fun I will provide my French readers with, when taking on the topic in my updates written in French. Who speaks French knows what I am talking about. Still, Q is the sacro-saint symbol of quantity in economics, so let there be fun when fun is possible.

The Q set is, in turn, connected to a set of deeds in purchasing power. I call this set D (I know, not very original, plainly reproduces the initial of ‘deeds’, but I just want to get on with the thing), and I assume it is composed of l deeds, and so I have D = {d1, d2, …, dl}. Those deeds can have various forms. They can be like purchasing coupons, or they could be fancily made into a cryptocurrency. They can be futures contracts as well, and even options, if you are really keen on financial engineering. Sorting out this aspect is a separate chapter in my work, still one guiding light shines in the darkness, and this is not a train coming from the opposite direction: FinTech is supposed to minimize transaction costs.

Question: which legal form(s) of purchasing deeds for electricity allow(s) the lowest transaction costs? Options, tokens of cryptocurrency etc.? Answer: the one which combines the lowest uncertainty as for its price with the best shielding against opportunistic behaviour in other market participants, as well as with the greatest liquidity in the assets. I know, this answer looks more like another question and this is not exactly the way actual answers should look like. What do you want, I am a gentleman of a certain age, like half a century, and I advance forward with the due gravitas.

Question: what is the exact relationship between Q and D, thus between their respective sizes m and l? Answer: it depends. It depends on the overall liquidity of the market, i.e. on the capacity of your average kilowatt hour in the Q to be assigned a sibling deed D. It is exactly like humans: you can be an only child, you can have one twin sibling, or you can have a lot of brothers, sisters and cousins. A given kilowatt hour in the Q can be an only child, i.e. not to have any corresponding, tradable deed in the D. If at least some kilowatt hours in the Q are such lonely wolves, this is the case of low, de facto inexistent liquidity in the Q, and l < m. If I ramp it up like by one level, and I give each kilowatt hour in the Q one corresponding, twin deed of purchasing power, like one token of a cryptocurrency, in the D, I have l = m and my Q is sort of liquid.

We can ramp it up even further, and give each kilowatt hour in the Q many siblings in the D, like a futures contract, which can be the base security for an option, and both can become tokenized in a Blockchained network of cryptocurrency. On the top of that, you can add a tradable insurance as for the available capacity in each given kWh, i.e. insurance claimable in case you don’t actually have your kilowatt hour in the time and place you can expect it with the purchasing deed you hold. Insane? Perhaps, but this is how financial markets have been working since there is historical record of how they work. Anyway, in such case, the Q becomes hyper-liquid, and l(D) is waaay bigger than m(Q) (the triple ‘a’ in ‘waaay’ is an emphatic way to show how big the way is).

Four sets out of six laid nicely on the table, there are two more. So, the resellers’ set, or R = {r1, r2, …, rk} handles the whole purchasing deeds business. The elements of R move around the elements of D. The R set is there, in my line of thinking, as a formal approach to competition in the business planned for EneFin. My EneFin project would belong to R, and, let’s face it: there are and will be others in the set. As a matter of fact, when I sign a contract for electricity with my local provider (mine is Tauron, one of the big Polish distributors of electricity), the company actually acts as a reseller of purchasing deeds, to a large extent. They sign a contract of their own with power plants, and they commit to buy a certain amount of kWh (although at this scale, we are rather talking about gigawatt hours), and this commitment is largely a ‘use-it-and-resell-it-anyway-pay-for-it’ type. The R set is largely overlapping with the GR set (that of grid operators). The EneFin business, to the extent that it goes into trading those purchasing deeds for the market of electricity, will enter both into competition and cooperation with the resellers of energy.

Finally, the set of consumers, or end-users of electricity: CN = {cn1, cn2, …, cnz}. Right, now, what about those sets? Why have I just defined them? It is coming back, just wait a minute. I know! I remember now! I want to translate the business concept of EneFin into a functional description of the accompanying digital technology. Thinking in terms of sets helps in that respect. So, out of those 6 sets, EneFin would operate most of all the D = {d1, d2, …, dl} set of purchasing deeds. That would be the core dataset of the whole system. Each t-th d in the D will have a vector of characteristics, and the most important among them are: the hour of the year (i.e. one of the 8760 in even years and 8784 in odd years), the point(s) of supply that accept the given deed as payment, the amount of energy assigned to the deed. I basically thought about making the last one constant and equal to 1 kWh.

Now, a short explanation as for the notion of the ‘point of supply’. Electricity is distributed in a complex network. The part of network which just channels power to its end users is commonly designated as ‘the grid’. Inside the grid sensu largo, we can distinguish the high-voltage grid of distribution, which connects to local grids of supply, which, in turn, operate in medium-voltage and low-voltage. The grids of supply attach to the end users via the points of supply. Simplifying the thing a bit, every electric counter is a point of supply. Each such final point of supply is functionally connected, and mechanically wired, to its nearest converter in the grid. I would like the EneFin purchasing deeds to be valid means of payment at every point of supply in the given national power grid. That would be one of the characteristics of nearly-perfect liquidity in those purchasing deeds. Still, the market of electricity is largely feudal: it is full of imperfectly monopolistic contracts, which bind the end-users to their distributors by the means of fixed-term contracts endowed with very heavy contractual penalties for premature termination. How would those local feuds of the energy market see those purchasing deeds I want my EneFin project to trade? Good question. I don’t know the answer.

I have a general thought to share, sort of a punchline in my today’s update. Last spring and summer, when I was coining up the concept of the Wasun, or cryptocurrency attached to the market of renewable energies, I was struggling. I had the impression to bang my head against a brick wall, in intellectual terms. Now, working on that EneFin project seems easy, and now, I know why: last year I had been trying to invent something economically perfect and now, I am putting together the concept of a financial product, which, in turn, has an opportunity to pitch something really sound. This is one of those deep understandings I developed over the last year: financial markets, FinTech included, are like an endocrine system, where each financial product is like a hormone. The bottom line in finance is to create something that works. As long as it works, it gives a chance to channel human effort into something new and maybe useful.

I am consistently delivering good, almost new science to my readers, and love doing it, and I am working on crowdfunding this activity of mine. You can support my research by donating directly, any amount you consider appropriate, to my PayPal account. You can also consider going to my Patreon page and become my patron. If you decide so, I will be grateful for suggesting me two things that Patreon suggests me to suggest you. Firstly, what kind of reward would you expect in exchange of supporting me? Secondly, what kind of phases would you like to see in the development of my research, and of the corresponding educational tools?

Plus ou moins les facteurs associés

Mon éditorial

J’ai bien pris un peu d’élan dans la préparation de ce prochain business plan pour du FinTech. Je commence à sentir le terrain autour de moi. J’avance toujours à tâtons, mais ce sont des tâtons de mieux en mieux informés et ces tâtons à moi, ils m’ont conduit dans un volet particulier du FinTech que je définis pour moi-même comme « plateformes transactionnelles ». L’idée de base est simple : j’achète des titres d’achat, à un prix de gros, pour les revendre ensuite aux enchères à un prix de détail comme des coupons promotionnels. Le prix de détail, il devrait me donner une marge brute et en même temps il devrait offrir une occasion aux acheteurs. Initialement, je pensais à une marge transactionnelle comme 4%, mais l’étude du cas Square Inc., une grande société américaine de FinTech, m’a suggéré que c’est soit une marge dans les 50 – 60% soit carrément une perte.

Je vérifie le cas Square Inc. côté bilan et je vois essentiellement ce que je m’attendais à voir : les actifs plus ou moins équivalents en valeur à la somme des revenus, et ce sont des actifs faits surtout des titres liquides. Les créances commerciales ont la part de lion dans tout ça, avec aussi in montant substantiel en des investissements financiers long-terme. Côte capital, donc, Square Inc. est une structure financière plutôt qu’industrielle. Quoi que fondamentalement sans surprises, le bilan de Square Inc. en apporte une quand même : apparemment, ils ne capitalisent pratiquement pas leur dépenses recherche et développement. Dans leur compte d’exploitation ils déclarent de dépenser des centaines des millions de dollars sur ce qu’ils dénomment « développement du produit », mais je n’en vois aucune trace dans le bilan. Pas de brevets, pas de technologie immobilisée – tout comme si tout cet effort de recherche et développement s’en allait en fumée. Étrange.

La morale de base que je tire de ce précis conte de fées est qu’une plateforme transactionnelle comme je l’ai décrit deux paragraphes avant a besoin d’un capital plus ou moins égal à la valeur agrégée des transactions accomplies, côté prix de vente. Si j’achète des titres d’achat chez H&M pour $1 million et je les revends en détail pour $1,5 million, j’aurai besoin d’à peu près $1,5 million dans mon bilan et ainsi de suite.

Dans ma chasse au gibier FinTech je commence à suivre une autre proie : la société allemande FinTech Group AG . Par habitude professionnelle je commence avec les chiffres. Ils avaient fait 95 millions d’euros de revenu en 2016, contre 75 millions en 2015. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont profitables : niveau opérationnel, ils avaient fait €25,5 millions de bénéfice en 2016, ce qui s’était traduit en €12,3 millions de bénéfice net après avoir pris en compte les pertes enregistrées dans les opérations revendues en cours de l’année.

Beaucoup plus petit que Square Inc. – vingt fois plus petit pour être exact – FinTech Group AG semble suivre un modèle opérationnel tout à fait différent. La première différence c’est bien sur le bénéfice substantiel. Ensuite, pendant que Square Inc semble être surtout une plateforme de commerce comme dans mon idée de base, FinTech Group semble être concentré sur les services de paiement : leur revenu vient surtout des commissions transactionnelles, pas des marges. Ils déclarent que leur technologie de facilitation des paiements peut servir n’importe quel ensemble de transactions. Selon les propres mots de leur CEO, Mr Frank Hiehage, FinTech Group AG est capable de créer une banque en ligne juste comme ça, à partir de zéro.

Voilà qui est intéressant. Deux modèles opérationnels complètement différents. Square Inc va dans la marge transactionnelle et dans les économies d’échelle (consultez The smaller more and more in FinTech) et continue de noter une perte opérationnelle. FinTech Group AG s’est engagé dans les services transactionnels strictement dits, à une beaucoup moindre échelle et ça dégouline le bénéfice d’exploitation, carrément. Ici, un petit cours d’économie pratique me semble de rigueur. Vous pourriez demander – et à juste titre – à quoi bon créer une structure économique qui apporte une perte comptable. Eh bien, imaginez une grosse marmite, je veux dire une vraiment grosse, comme dans les aventures d’Asterix, avec de la soupe qui mijote à l’intérieur. Si la marmite est vraiment grosse, vous êtes certains de trouver des ingrédients de la soupe juste à côté. Ici une côte de porc, excellente pour cuire une soupe polonaise au choux, là une poignée des carottes, un peu plus loin une aile de poulet etc. Même si la soupe est vraiment dégueulasse, ‘y a de quoi se nourrir autour de la marmite. A mesure que la marmite rétrécit, il y a de moins en moins de ces miettes salutaires. Avec une petite marmite, vous êtes obligé de faire une bonne soupe. Avec une grosse, vous pouvez vous permettre de se ficher éperdument du goût, puisque vous pouvez vous nourrir comme vous vous occupez de la cuisson.

Dans le business, les ingrédients de base sont le travail et le capital. Avec un gros business sur la planche, il y a toujours des miettes : un boulot pour un an, payé un demi-million de dollars par mois, ou bien une marge juteuse sur la revente d’actions managériales etc. Dans un gros business vous avez un gros bilan et ce bilan vous permet de couper de petits bouts pour vous.

Voilà un autre business à étudier, celui de Katipult, une société canadienne qui a créé une plateforme transactionnelle simplifiée pour investir directement dans le marché financier. Pour tous ceux qui en savent un peu sur les marchés financiers, chaque mot de la phrase précédente gueule pour qu’on l’explique. Dans ce cas précis, l’explication en elle-même est un investissement. Chez Katipult, vous vous inscrivez dans une plateforme transactionnelle, un peu comme chez Ethereum, seulement voilà : chez Ethereum, vous téléchargez le logiciel et vous vous connectez à leur plateforme d’échange gratuitement, pendant que chez Katipult le logiciel et la première connexion ça coûte $15 000 et ensuite vous payez $2 000 par mois comme abonnement.

Forcément, avec ces prix, la description détaillée des fonctionnalités essentielles de cette technologie est réservée aux abonnés. J’essaie de déconstruire leur modus operandi à partir de l’information succincte offerte sur le site relations investisseurs. Alors, Katipult offre une plateforme transactionnelle similaire à celle des crypto-monnaies : au lieu d’acheter ou de vendre des valeurs en Bourse directement, vous achetez et vendez des tokens de valeur sur la plateforme Katipult et chaque token représente une transaction avec une valeur cotée en Bourse. Au lieu d’acheter les actions de Lufthansa, par exemple, chez un courtier officiel, je les achète sous forme des tokens sur la plateforme Katipult. Même chose pour la vente. Question légitime : pourquoi diable ? Pourquoi ne pas faire du trading par moi-même ? J’aime bien faire du trading, moi.

Chez Katipult, ils déclarent s’adresser surtout aux clients (investisseurs) professionnels, ce qui est compréhensible vu le prix. Dans ce cas, je comprends. Enfin je crois. In investisseur professionnel c’est une bête extrêmement occupée. Un portefeuille de 400 valeurs ça se gère d’une façon autrement plus complexe. Je sais ce que je dis : mon record personnel, en termes de portefeuille en Bourse, ce fût 19 valeurs et je sentais que je contrôle à peine ce qui se passe et encore, ce n’étaient que des actions. Lorsque vous étendez votre champ de mire sur les dérivatifs, les contrats à terme, les obligations etc. la complexité de gestion croit en exponentielle. En termes de théorie traditionnelle des marchés financiers, ce qu’ils font, chez Katipult, c’est comme si une maison de courtage en Bourse créerait un marché interne entre ses propres clients. Ils déclarent qu’organiser les échanges sous la forme d’une plateforme Blockchain ça va plus vite et plus efficace.

Katipult présente un forme légale intéressante. Je dirais même que c’est une structure plutôt qu’une forme simple. Katipult est une société par actions, donc vous pouvez acheter leurs actions. Apparemment, pour autant que je peux deviner sans payer $15 000 de ticket d’entrée, lorsque vous signez un contrat d’investissement avec Katipult, vous achetez en même temps des titres de participation dans un fonds d’investissement couplé avec cette plateforme transactionnelle. En plus, ils vendent des obligations.

Alors, les chiffres. J’ai téléchargé leur prospectus d’émission d’actions. Relativement frais, celui-là, ça date du 27 Octobre 2017. Encore chaud, pratiquement. J’y trouve une structure d’entreprise bâtie autour de deux personnes morales ou deux entités légales, si vous voulez. Il y a Katipult Technologies Inc., qui est le successeur légal de Deha Capital Corp. et qui contrôle 100% du capital social d’une autre entité, JOI Media Inc. Le truc marrant est que – contrairement aux lois de la nature – la société filiale, ici, est l’aïeule de la société mère. Ça arrive parfois, chez les aristocrates. En dollars canadiens Deha Capital représente un bilan de CA$519 480  = US$402 961 et sur la première moitié de 2017 ils ont fait juste des dépenses, sans revenus, donc une perte de CA$126 595 = US$98 200.

Le gosse plus ancien que sa maman, donc JOI Media Inc., se balade avec un bilan de CA$422 522 = US$327 750 et le gosse, il ne se débrouille pas mal. Un revenu en belle croissance depuis 2014 avait atteint, en 2016, CA$797 512 = US$618 630, avec un bénéfice d’exploitation de CA$140 453 = US$108 949. Ça donne 17,6% de taux de rentabilité. Respectable.

Il est temps de donner un résumé partiel. Ma chasse au gros gibier FinTech m’a mis sur les traces de trois bêtes différentes, apparemment des trois espèces différentes. Le cas Square Inc. c’est du poids lourd à l’échelle FinTech, avec 2 milliards de dollars américains en termes de revenu ainsi qu’en termes de capital dans le bilan. A en juger par leurs finances, ils sont spécialisés dans les systèmes de paiement basés sur leurs propres unités de valeur. Pas tout à fait une crypto-monnaie, plutôt quelque chose comme des coupons d’achats. Pas terriblement profitable, en fait pas profitable du tout, le truc semble être de grossir en taille financière et de vivre des miettes dégagées par les flux de trésorerie. Le cas FinTech Group AG semble suivre un sentier différent. Cette société allemande dotée d’un bilan juteux de €1 533 994 à la fin de 2016 se spécialise dans la technologie des paiements en tant que telle et sa mission semble être de digitaliser les marchés rencontrés. Ça ne renverse pas en termes de chiffre d’affaires – €95 021 en 2016 – mais c’est bien profitable. La troisième bête – Katipult – c’est une application créative de la technologie Blockchain et de la philosophie de crypto-monnaie à l’échange boursier. Ce troisième cas semble être particulièrement intéressant en raison de ses proportions entre le capital, le chiffre d’affaires et le bénéfice d’exploitation : ces gars de chez Katipult, ils semblent carrément extraire du pognon à partir du roc aride.

Ce que je vois ce sont des business très différents en taille et en productivité financière, avec un dénominateur commun : ils se développent là où il est possible d’éveiller de l’intérêt chez les clients en leur offrant une réduction des coûts de transaction. Dans chacun des trois cas que je viens d’étudier, la mission de la boîte est de réduire les coûts des transactions. Comme je suis un scientifique, une tête d’œuf, comme nous disons en Pologne, je cherche des points d’attache dans la théorie et la théorie, ici, elle frappe son poing à la porte carrément. C’est la théorie des coûts de transaction, précisément, avec Oliver Williamson comme nom le plus proéminent. Selon professeur Williamson, les coûts de transaction croissent en proportion à trois facteurs : incertitude, opportunisme dans les comportements économiques et la spécificité des actifs. La dernière veut dire attachement spécifique à des champs d’application particuliers et peut être interprétée comme l’inverse de liquidité des actifs.

Le FinTech, ça semble donc avoir la plus forte raison d’être dans les marchés à haute incertitude dans les échanges, possiblement attachée à l’opportunisme nocif chez les agents économiques, tous les deux accompagnés par une liquidité du capital perçue comme insuffisante. Ce sont plus ou moins les facteurs associés à un changement technologique accéléré et en même temps à la monétisation croissante de l’économie. En gros, c’est ce que j’avais décrit dans  mon article sur Impakter.com ainsi que dans deux articles plus académiques : « Financial equilibrium in the presence of technological change » et « Technological change as a monetary phenomenon ».

Voici le paradoxe de FinTech – à travers un changement technologique rapide ça apporte des solutions aux problèmes crées par du changement technologique rapide – et voilà que mon bouledogue joyeux interne commence à frétiller. Il adore mordre dans les paradoxes. Lorsqu’il réussit à mordre bien profond dans un paradoxe, il peut extraire des séquences d’évènements très intéressantes et les séquences intéressantes c’est une aubaine pour les deux autres, mon singe curieux et mon moine austère. Le premier suit les séquences et va voir où elles mènent, pendant que le deuxième s’occupe à couper et pousser de côté de la connerie rencontrée sur le chemin.

Bon, je viens de formuler mon concept de business, à développer sous forme d’un business plan. Je retourne à ma vieille idée de Wasun (consultez Moins de conneries dans l’unité de temps ou bien Conversations between the dead and the living (no candles) par exemple). Je vais préparer un business plan pour l’introduction des solutions FinTech dans le marché d’énergie avec une mission de faciliter le développement d’énergies renouvelables, surtout dans le cadre des villes intelligentes.

Eh ben dis donc ! Cette fois, ça m’a pris moins d’une semaine pour formuler mon idée de base pour le prochain business plan. Comparé aux deux mois que j’avais mis pour mettre sur pied l’idée de base de mon business plan précèdent, celui du projet BeFund, c’est du supersonique. Ça o tout l’air d’un cas d’apprentissage à vitesse croissante.

Je continue à vous fournir de la bonne science, presque neuve, juste un peu cabossée dans le processus de conception. Je veux utiliser le financement participatif pour me donner une assise financière dans cet effort. Vous pouvez soutenir financièrement ma recherche, selon votre meilleur jugement, à travers mon compte PayPal. Vous pouvez aussi vous enregistrer comme mon patron sur mon compte Patreon . Si vous en faites ainsi, je vous serai reconnaissant pour m’indiquer deux trucs importants : quel genre de récompense attendez-vous en échange du patronage et quelles étapes souhaitiez-vous voir dans mon travail ?